La Compagnie du carton voyageur est une troupe de théâtre amateur fondée en 2000 par Laurent Charpentier.

Ce site vous permettra d'obtenir plus d'informations sur nous et nous contacter.

Vous pouvez aussi nous suivre sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/cartonvoyageur

Nous vous souhaitons une bonne visite et nous espérons que vous trouverez les informations que vous cherchiez.

Voeux 2018 2019 jpeg

Cher public,

Tous les membres de la Compagnie du Carton Voyageur se joignent à moi pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2019.

2018 fut marquée par le sceau de l’intensité : intensité que nous avons-nous-mêmes éprouvée, intensité des projets, des messages livrés, des expériences de jeu.

Nous avons ici l’occasion de remercier tous ceux qui nous suivent et nous encouragent depuis toutes ces années.

Les mois à venir n’en offrent pas moins leur lot de promesses avec une reprise en février (Après la pluie), une création en mai (A l’huile), une résidence au théâtre de l’Instant t (Lyon) et notre rendez-vous immanquable au Sémaphore (Irigny) et qui sait, peut-être encore d’autres aventures à partager sur le dernier trimestre 2019.

Heureux de vous retrouver à l’occasion de cette énième saison ou de vous compter parmi nos nouveaux spectateurs, nous ne manquerons pas de vous tenir informés des lieux et dates de ces représentations.

Notre compagnie et ses spectacles doivent tout à votre fidélité, à vos yeux, à vos oreilles, à vos sens aiguisés, à vos esprits critiques et éclairés. Nous le savons et vous en savons gré.

Que cette année soit donc avant tout la vôtre et celle du théâtre qui subsiste dans son essence la plus vraie.

Laurent Charpentier

et La Compagnie du Carton Voyageur

C'est passé...

Affiche2

 

Lumière atypique sur l’artiste dans la force de l’âge.

Affairé, concentré, il accepte de se pencher sur son passé. L’atelier devient le lieu d’un récit marqué par le sceau de l’autobiographie. Baignés que vous êtes dans cette ambiance, enveloppés dans une chaude lumière et bercés par un air doucereux, tout commence sous les meilleurs auspices.

Mais c’était sans compter sur les coups du mauvais sort.

Monstre de regard au pied du sinistre, Sisyphe inconsolé, le voilà ce vieillard sans cesse à recommencer son ouvrage, car les autres comédiens ne l’entendent pas de cette oreille. Et c’est là que tout déraille.

Subséquemment, sous le joug de cette impérieuse nature qui veut tout et son contraire, le spectacle s’enraye. S’imposant sur la scène et se coupant la parole à tout va, les comédiens réclament le droit à décider. Mais ils ne savent plus s’ils jouent ou s’ils sont, s’ils existent par eux-mêmes ou s’ils deviennent les personnages des tableaux qu’ils doivent représenter...

Car c’est là que réside le problème. Les œuvres ne sont-elles que le cadre dans lequel les questions existentielles des uns et des autres peuvent se dérouler ? Est-ce que l’art est une métaphore de la vie ? La vie, à son tour, n’est-elle qu’une pâle copie de l’idéal artistique ?

Allez savoir !

Tout doit pourtant continuer. Le travail sur les tableaux ne peut être ignoré et chacun s’emploie au mieux de ses possibles à les représenter. La nature humaine étant ce qu’elle est, et partant du postulat que nul ne peut se soustraire à son égo, les voilà tous incidemment à s’épancher en traversant Le radeau de la méduseLa JocondeLa CèneLe criAmerican gothicLes trois âges de la femmeLa liberté guidant le peuple et tant d’autres encore...

Les œuvres s’enchainent mais rien ne va plus. Des crêpages de chignon des starlettes aux contestations du pouvoir du metteur en scène, le joyeux bazar va bon train. Même si le quai n’est pas en vue. Et le spectacle lui, est-ce qu’il prend forme ? Une forme de quoi d’ailleurs ? Une forme d’énigme !

Cette année, La compagnie du Carton Voyageur change de registre et vous invite à son humoristique hommage à l’art pictural sous forme de clin d’œil.